31/08/2005

Décès

Stupeur à Mercepolis ce matin suite à l'annonce de la mort de la comédienne Beatrix Adomaitis au domicile de Sonny Rugadala dans le district de Sheerton. Le corps sans vie a été découvert ce matin par Sonny Rugadala lui-même. Il semble, sur base des premiers éléments communiqués par les légistes de la police que Mademoiselle Adomaitis soit décédée par suite d'une overdose de barbituriques. Mais les rumeurs vont déjà bon train et d'aucuns mettent déjà en cause les circonstances du décès... Le pentoxyde de lophophorine a été cité...

14:37 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Bon anniversaire Stephany !

Toute la rédaction tient à fêter notre doyenne Stephany Eglem,
99 ans aujourd'hui !!!

Elle a déclaré malicieusement : "Mais, jeunes gens, c'est un jour comme un autre !"



14:35 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

30/08/2005

Culture

Grande rétrospective "Seldom Radditch" au Sukhumvit Plazza
par Shoshanna De Grassi (numéro de septembre de "Art Attack")
 
 
Précurseur génial pour les uns, fumiste de seconde zone pour les autres, voilà en tous cas plus de quarante ans que Seldom Radditch fait parler de lui. Cet artiste protéiforme, toujours sur le devant de la scène et à la pointe du combat pour un art différent, est aujourd'hui mis à l'honneur par une grande rétrospective qui se tiendra à partir du 1er septembre prochain. On ne peut que se féliciter d'une telle initiative, qui montre une fois encore l'admirable travail fourni par le Comte Consuelo Santos-Des Esseintes depuis sa nomination à la tête du Mercepolian Board of Art.
 
L'exposition se veut exhaustive; elle couvrira à la fois tous les aspects et toutes les époques de l'oeuvre incontournable de l'étrange moustachu. Ainsi, une section entière sera consacrée aux oeuvres de jeunesse: premières sculptures en cérumen ("Waterloo, Morne Plaine",  ou le très rarement exposé "A Short Sketch from the Zoulou Wars") ou cahiers de croquis sur papier hygiénique (la fameuse série des "Red Rorschah")... L'occasion, dès ces premières oeuvres, de découvrir le talent en gestation d'un futur provocateur. Une deuxième section permettra de redécouvrir la période jaune de l'artiste, comme ses fameuses installations évolutives à bases de matières organiques et de cultures fongiques ("Venus in Furs", ou encore "Smelly Cabbage"), ou  ses sculptures organico-olfactives (par exemple, l'installation "Dental Hygiena Dilemma", à base de dentiers usagés et de cultures bactériennes). Une troisième section offrira aux connaisseurs les plus avisés l'occasion se s'immerger dans les oeuvres plus récentes de Radditch, notamment toutes les concrétions par lesquelles il inaugura au début des années 90 la période fécale qui l'occupe encore aujourd'hui.
A noter qu'un catalogue en odorama (et évolutif lui aussi) est en vente à l'entrée du musée et qu'une partie des bénéfices sur la vente sera reversée au "Fonds d'Aide à Ravi Van Vliet".

17:52 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Droit de réponse

L'affaire fait suffisament de bruit pour que le comité de rédaction de ce site s'en fasse l'écho. Ci dessous, le communiqué que nous a adressé Clifford Mazarin:
 
"En tant qu'attaché de presse et néanmoins ami de Ravi, je souhaiterais faire taire les rumeurs affligeantes qui courent à l'heure actuelle à propos de mon client... et néanmoins ami.
Il est vrai que Ravi a été fort éprouvé par les événements récents; le décès par autostrangulation de Trika Penderecki (dont il avait été fort proche durant les années 90, en particulier au moment de son fameux "lost weekend"), l'échec retentissant de "Cutting Pilchards With My Balls", son premier album solo, ainsi que le succès assez moyen de "Dance With Jellyfish", le long métrage de Dizzy Del Pueyo dans lequel il interprète un mécanicien-dentiste dopé aux anabolisants... tant d'épreuves qu'il lui a fallu traverser à un moment qu'il considère lui-même comme un tournant dans sa carrière.
Cela dit, je tiens à démentir les allégations calomnieuses visant à ternir la réputation de cet artiste sans compromission qu'est Ravi, en essayant notamment de le faire passer pour un junkie de bas étage... Ravi n'est pas Bong Karajan... dOt n'est pas Bang Lassi... Qu'on arrête de mettre toute la scène mercépolienne dans le même panier; je ne vois pas pourquoi l'arrogance et le comportement scandaleux de certains pseudo-rockers aux prétentions artistico-littéraires de Rimbaud à la petite semaine devraient rejaillir sur de véritables artistes engagés comme Ravi VanVliet... Du reste, il n'y a jamais rien eu de commun entre la scène Ang Tonienne, une scène vivifiante et pleine d'avenir, et le psychédélisme provocateur de LaFayette et ses comparses.
Une souscription vient du reste d'être lancée par les amis de Ravi afin de l'aider à payer ses dépenses médicales (il est un peu dans le besoin pour le moment)."


09:49 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

29/08/2005

Souvenir

Il n'y a pas si longtemps... Extrait du 'Mercepolis today' du 18 novembre 1976 (sous la plume de Nina Atika, femme de droite s'il en est)


Les femmes, l’avenir de Mercépolis.

 
Le régime clairvoyant de Mercépolis proclame le retour de "La Femme au Foyer" et prône une idéologie recadrant sur l’importance essentielle de la cellule familiale. En effet pour contrer l’augmentation de la délinquance, c’est non seulement sur la police, mais aussi sur l’éducation que mise l'exécutif de Mercépolis. Poltar Bartoj, délégué affaires intérieures déclarait aujourd’hui à l'occasion d'une conférence de presse "Ce n’est que dans la surveillance et le suivi soutenu des jeunes générations que nous pourrons construire le futur de Mercépolis. Et les mères, centre du foyer ont ce pouvoir". A partir de janvier 1977, il sera donc expressément recommandé aux femmes ayant des enfants en bas âge de ne plus travailler. Quant à celles dont les petits sont scolarisés, elles devront abandonner leur emploi aux heures de fermeture des écoles. Enfin, au niveau des entreprises, des mesures seront prises de manière à libérer les mères des postes à trop lourdes responsabilités.

Remarquons que dans sa sagesse, notre gouvernement permet aussi de réduire considérablement le taux de chômage.

"La tranquillité et le plein emploi, c’est le Mercépolis du futur."



22:12 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/08/2005

Fait divers

On apprend l’hospitalisation d’urgence du violoniste Ravi Van Vliet tôt ce matin.

C’est vers la fin du cocktail donné sur son yacht que le musicien a été retrouvé inanimé par sa compagne Fiona Meteor.

Alors que Chuck Bolton, son impresario, se veut rassurant en parlant d’ « un léger malaise dû au surmenage », le porte-parole du San Andreas Hospital évoquait pour sa part une catalepsie profonde suite à une surdose de pentoxyde de lophophorine (substance plus connue sous l’appellation « Miss Piel »).

La divergence des explications pourrait prêter à sourire si cette drogue très en vogue dans les milieux huppés ne faisait de tels ravages (la disparition tragique du pilote automobile Kurt Maybaum en juin dernier est encore dans les mémoires).

En outre, les multiples addictions du musicien ne sont un secret pour personne et expliquent en partie sa carrière en dents de scie. Les fans quant à eux craignent que ce nouvel incident ne compromette sérieusement la tournée européenne de dOt qui doit commencer à Bruxelles le 10 septembre prochain.


21:03 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

27/08/2005

Télévision

Changement de programme de dernière minute ce soir sur Channel 3: le documentaire 'The unauthorized biography of Hopper Nilfisk' a été déprogrammé et sera remplacé par le film "Psycho groom meets killing bride" de Rip Lipikar avec Tong Lungenkrebs et Marla Tee.
 
Les responsables de Channel 3 n'ont pas souhaité répondre à nos questions.

17:38 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/08/2005

Télévision

La rentrée approche, et avec elle le désormais traditionnel jeu de chaises musicales du P.A.M. (Paysage Audiovisuel Mercepolien). Et comme chaque fois, c'est un jeu qui a ses perdants et ses gagnants.

Dans la première catégorie, on citera le malheureux Cole Papadiamandis, dont le talk-show quotidien consacré à la musique folklorique ne se voit plus confier qu'un rendez-vous hebdomadaire et en fin de soirée. Commentaire à demi-mot de la chaîne KYM2 : « Il nous a semblé que l'image de Papadiamandis n'était plus tout à fait en phase avec celle que nous entendons donner à nos téléspectateurs ». Pour ceux qui lisent entre les lignes, les programmateurs de « Celebrity Minefields » entendent rajeunir l'audience et l'animateur moustachu et sexagénaire ne repris plus les conditions requises !

Quant au grand vainqueur de la saison, c'est sans aucun doute Krish Banzaï (photo), dont le talk-show « In Bed With Krish Banzaï » passe en prime-time sur Channel 3 et devient quant à lui quotidien. Et, comme un bonheur ne vient jamais seul, en particulier dans le monde impitoyable des coulisses télévisuelles, ce sera le même Krish Banzaï qui officiera comme maître de cérémonie pour les festivités très attendues du 10 septembre. Rappelons que le show qui se tiendra dans la capitale de l'Europe en cette occasion sera retransmis en mondiovision et proposera une affiche mercépolienne sans précédent. Décidément, l'animateur blond au sourire d'ange a le vent en poupe !



23:05 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Opinions

Alerte aux micro-traducteurs !

 

Il y a quelques mois a été déposé sur le marché un nouvel appareil chargé de résoudre certains conflits linguistiques. MERCEPOLIS, étrange noyau-indépendant à la croisée de TOUS les chemins, parlait à l’origine une multitude de langues, divisées par quartiers, classes-sociales, corps de métiers… Petit à petit des dialectes se sont créés, des prononciations particulières sont apparues, des mélanges formés dans l’anarchie la plus extrême ont donné vie à une confusion de plus en plus importante. Par réaction des groupes extrémistes, des organismes privés, des médias tentaculaires, ont même commencé à créer leurs propres langues.

« Tout ça, ça commence à être pire que du chinois ! » dit le 16 septembre dernier Clarios Moklozitan (ex-Président de Mirobolis Campbell1) quand les journalistes lui ont demandé son avis sur la chose (il avait plusieurs fois, avant d’être démis de ses fonctions, refusé l’entrée en vigueur d’une langue unique et inébranlable au sein de la cour du Roi de la Tour Prinsfring2).

Et il se mit ainsi immédiatement à la création de micro-traducteurs sous-cutanés. Il y a juste à les greffer au niveau du palais et du tympan, puis à choisir sa langue d’élocution ainsi que sa langue d’écoute (les deux pouvant être différentes). Ensuite il n’y a normalement plus de problèmes de compréhension. Cet outil précieux et pratique a déjà été acheté par plus de 43% de la population de MERCEPOLIS (à noter que les 17% plus riches ont reçu l’appareil gratuitement par la nouvelle société de Clarios Moklozitan, Diaglamine & Cie)

Mais le problème a été de vouloir également incorporer le langage des signes. Certains messages ont été soit mal traduits, soit volontairement faussés (l’enquête est en cours) et engendrent des affrontements armés très violents. Des injures à connotations raciales ont remplacé des formules de politesse basiques.

Nous en sommes actuellement à 2745 morts et 12603 blessés, dont plus de la moitié en état très critiques.

Les micros-traducteurs sont actuellement toujours en vente libre. Des poursuites judiciaires ne sont toujours pas lancées, les associations de soutien des malentendants ayant du mal à se faire comprendre par le système judiciaire.

Jusqu’où cela va-t-il aller ?

Clarios Moklozitan est actuellement introuvable…

 

Arkila Barbitané, pour le journal Le Tri

 

 

 

1 Association de Sauvegarde des Droits Princiers

2 En septième place des familles les plus riches de MERCEPOLIS



16:05 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Patriotisme

A l’occasion de la finale de cricket à 7 opposant l’équipe de Voherbilt à celle de Salam Iodda et devant une foule particulièrement attentive et émue, le ténor Javtokas Chiacig (visiblement très bien remis de ses problèmes d’alcool qui eurent un moment raison de sa voix) a interprété pour la première fois en public la version de notre hymne national composé par Brad Chandernagor. Nous sommes heureux de pouvoir vous présenter un extrait de ce vibrant chant patriotique avec l’aimable autorisation de l’interprète et du compositeur. Ecoutez le ici

 

Le comité de rédaction de ce blog en profite, suite à vos nombreux courriers, pour vous proposer une traduction française de notre hymne.

 

O, fière et puissante cité sous le soleil
Où notre peuple oeuvre depuis le temps des temps
Grand est l'amour que nous te portons
Car sur tes rives nous sommes nés libres

Gloire à toi, ville mère qui est la mienne
Puisse éternellement ta grandeur éclairer
les bords de la rivière Rorowaiaru
ainsi que nos coeurs fidèles et sincères

Unis fermement nous chantons à la gloire de
ta force, ta splendeur et ta grâce
Toujours nous chercherons à honorer ton nom
A nous le labeur, à toi la renommée

Notre reine aimée de la côte
Plus puissante avec chaque marée
Puisse ta merci descendre sur nous tous
Et briser la main qui cherche à te faire tomber

 

Le public bruxellois aura le privilège de découvrir une interprétation publique de cet hymne et d'autres versions à l'occasion de la réception-concert organisée le 10 septembre 2005 à Bruxelles (voir détails ci-contre)










11:14 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/08/2005

Littérature

Article de Sarah Karabandra paru dans le magazine 'O'

 

 

"Ce qui fonde le coeur d'une diaspora, c'est son langage. Et Mercépolis est au croisement des langues, elle a le coeur mobile" disait Lagaan Burdrucha dans son récent entretien avec Eveen Bedock sur M-radio. Son troisième roman qui paraît cette semaine aux éditions Du labile (347 pages, 32 couronnes mercépoliennes) semble être tout entier construit autour de cette relation essentielle, même charnelle ou organique à la langue, aux langues, devrait-on dire.

Noir de fumée est en effet une histoire qui s’articule dans le frottement du langage, de toutes ces langues européennes qui ont traversé l'histoire de Lagaan Burdrucha (1) et de Mercépolis. Les destins s'y croisent, s'y répondent, s’y interpellent sans cesse soumis à l'incompréhension. Ce sont les expériences de confrontation à une langue manquante, comme pourrait le noter Régine Robin (2) ou à l'inverse aux multiples sens que proposent : non seulement la polysémie, mais aussi le multilinguisme si spécifique à notre mégapole, qui creusent les écarts et les mésententes. Des portraits croisés, des destins qui se télescopent suivant le kaléidoscope troublant de l’erreur d’interprétation, de la fausseté, du mensonge ou du double sens. C’est un abîme qu’ouvre ce roman : l’abîme entre ce que l’on dit et de ce que l’autre entend.

Un fou de la fugue et La Femme oubliée traitaient déjà cette tension, mais ici, lorsque Bendon rencontre Leany ou lorsque le destin fait se croiser Candaa et Hopter, ce sont bien des origines, des lieux et par extension, des langues qui se mêlent. La parole incertaine et instable de l’amour devient tout l’enjeu des relations. Et peu à peu, les corps se frottent, se délitent jusqu’à n’être plus que ce langage qui les inscrit, que ces accents qui les verbalisent.

Noir de fumée est un grand roman, le roman d’un auteur désormais fortement inscrit dans le paysage littéraire de Mercépolis et de l’Europe. On peut retenir à cet égard sa sélection pour le prix International du roman moderne qui se déroulera cette année à Barcelone (3). Nous sommes en droit d’espérer voir là un texte qui saura représenter la vivacité, la créativité si spécifiques à notre ville.




(1) Pour mieux connaître cet auteur central de la nouvelle génération des écrivains mércépoliens, on se reportera au dossier qui lui est consacré dans le numéro de mai 2004 de Constances.

 

(2) Le Deuil de l’origine, Une langue en trop, la langue en moins. (PUV 1993)

 

(3) Pour l’édition de 2005, le prix ne sera remis en décembre, puisque le décès de Claude Simon qui devait présider le jury retarde de manière conséquente l’organisation.



09:33 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2005

Vie publique

Finale a suspense ce dimanche pour l’émission de téléréalité « Ambassadorial ». Après 10 semaines d’épreuves diverses souvent cocasses, parfois dangereuses, les mercépoliens ont élu avec 51% des votes, le sympathique Zeb Petlola. (49% des voix pour son malheureux challenger Satyen Müürsep)

 

Pour rappel, l’enjeu de ce jeu était pour les candidats de rejoindre le corps diplomatique de Mercepolis sans passer par de fastidieux et rébarbatifs concours diplomatiques et autres examens administratifs.

 

Zeb Petlola fut dans la foulée nommé consul de Mercepolis à Bruxelles et prendra ses fonctions dans les jours qui viennent… Le précédent consul, Art Afroudakis, ayant accidentellement perdu la vie dans les bras d’une prostituée anversoise visiblement trop zélée.



14:49 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/08/2005

Découpage administratif

Même si ce n'est pas unique au monde, le système d'adresse de Mercepolis est pour le moins inhabituel. En effet, les rues ne portent ni nom, ni numéro.
 
Vous le savez, Mercepolis est découpé en 28 districts. Les districts sont subdivisés en quartiers, eux-mêmes découpés en blocs. A l'intérieur des blocs, les immeubles portent des numéros qui indiquent la chronologie de leur construction. Ainsi, dans un bloc, l'immeuble portant le numéro 1 est le bâtiment le plus ancien et il est totalement possible que le bâtiment 2 jouxte le 317.
 
Voici une adresse Mercepolienne à titre d'exemple:
Virgile Besshô
Argana - Flegetown - Tisiphon - 244
Argana indiquant le district, Flegetown le quartier et Tisiphon le bloc.
 
Ce système singulier n'est pas sans poser problème aux touristes égarés.

19:29 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/08/2005

Cinema

Le tout mercepolis s’est pressé hier soir à l’avant-première de ‘The Lubava case', premier long métrage du réalisateur Casper Tagada. Cette comédie dramatique et romantique est d’ailleurs marquée du sceau de la première fois : première production du goupe Kailin (immobilier et sécurité), dirigé par Sonny Rugadala mais également premier rôle à l’écran pour la ravissante Beatrix Adomaitis (photo), compagne de Rugadala, de 30 ans sa cadette.

Parmi les invités de marque, on notera la présence de Lord Mercurio, Sven Diaw, Mona-Lisa Mourevitch, Vittorio Pimperelli (avant son entrée à celebrity minefield), Storm Lafayette, mais aussi de Rayson Kwok (le gynécologue des stars), du tenor de barreau Mercépolien Lance Di Martell, du top model Edna Lacan et bien entendu de Hopper Nilfisk, ami de longue date de Rugadala.

Le film, très applaudi après la projection raconte l’histoire d’une jeune executive woman (Beatrix Adomaitis) et d’un capitaine de milice privée (Yussuf Stakhanov) que tout oppose amenés à collaborer pour déjouer un complot visant à assassiner un important chef d’entreprise, candidat 'mains propres' à la présidence mercépolienne. Le film s’inspire librement de faits réels.



12:00 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/08/2005

Agenda

Ce n'est plus à démontrer, les mercepoliens s'exportent bien. Dans le cadre de la fête nationale, deux groupes de l'écurie 'Saul Permafrost' se produiront à Bruxelles (capitale de la Belgique et de l'Europe) le 10 septembre 2005. Il s'agit de dOt, quatuor abstract-electropop, représentant de l'émergente scène d'Ang Tong et de Bang Lassi: Quintet célébrissime à l'intérieur de nos frontières, sous la houlette des très charismatiques Bong Karayan et Storm Lafayette.

Cet événement ce fera sous l'égide du collectif belge taxi-brousse et la commune d'Ixelles. L'adresse du jour est :
Petit théâtre Mercelis
Rue Mercelis, 13
1050 Bruxelles
Début du spectacle à 20h30'
www.taxi-brousse.be

09:46 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/08/2005

Drapeau

Le drapeau de Mercepolis flottera fièrement sur Bruxelles le 10 septembre. En effet, la capitale de l'Europe organisera une journée Mercépolienne à l'occasion de la visite officielle de Yan Li en Belgique.
 
Le bleu nuit représente (je cite les pères fondateurs) "l'aube d'une ère de bonheur et de paix" et le jaune symbolise "la lumière déchirant les ténèbres ainsi que la prospérité et le développement économique".

14:45 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/08/2005

Ozone

Vu l’évolution des conditions météorologiques de ces dernières heures, les citoyens doivent s’attendre à des pics d’ozone dans les jours à venir et sont donc priés de respecter les mesures en vigueur depuis juin : 

  • A partir de 180 µg/m³ : interdiction d’utiliser les véhicules privés pourvus d’un moteur dont la cylindrée est inférieure à 2 litres.



  • A partir de 200 µg/m³ : interdiction d’utiliser les véhicules privés pourvus d’un moteur dont la cylindrée est inférieure à 3 litres.



  • A partir de 220 µg/m³ : interdiction d’utiliser les véhicules privés pourvus d’un moteur dont la cylindrée est inférieure à 4 litres.

    (Seules les bornes officielles font référence)





22:28 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Document

Il est très difficile de trouver des images de Mercepolis datant d'avant 1966, année du dramatique incendie des archives nationales.
 
Grâce à la collection privée exceptionnelle du docteur Honti, nous sommes en mesure de vous présenter un document extrêmement rare présentant Mercepolis en 1948. Cette video (mpeg) est attribuée au cinéaste Hassan Dayan et montre des images des districts d'Aardai et de Kadlirim.
 
Une compilation des archives Honti sera visible jusqu'à la fin du mois d'août au 'Triple M' (Mercepolis Movie Museum).

16:10 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/08/2005

Festivités annuelles

Selon nos sources, la MPA aurait d’ores et déjà reçu un communiqué selon lequel l’organisation extrémiste Hadvi Hen Khepura compterait perturber sérieusement les festivités annuelles de Mercepolis le 10 septembre prochain.

Cette menace n’est pas à prendre à la légère quand on songe au raz-de-marée politique et à la psychose généralisée qui suivirent la vague meurtrière de 1999 (chacun garde en mémoire le sabotage du sous-marin nucléaire ‘Alyanarsk’ qui avait coûté la vie au 118 membres d’équipage ainsi que la prise d’otages du  Grand Théâtre qui s’était soldée par la perte de 114 citoyens).

Pour rappel :

Personne n’avait entendu parlé de Hadvi Hen Khepura jusqu’à ce 10 septembre 1995 où l’organisation avait revendiqué l’aspersion de la tribune d’honneur des festivités annuelles par un avion canadair chargé d’excréments humains. Le ton était donné.

D’autant que leurs revendications pour le moins facétieuses n’ont d’égal que le mauvais goût et la cruauté de leurs actions. Pour cette inauguration ils ne réclamaient rien moins que l’extermination immédiate de tous les caniches pesant plus de 120 livres.  Il faut bien avouer que malgré les efforts réels ou purement médiatiques des autorités les différentes enquêtes pataugent et aucun membre présumé n’a, à ce jour, été inquiété.

 

Certains soupçons s’étaient portés, à l’époque, sur l’écrivain Jérôme Konerak accusant celui-ci non seulement d’être l’une des têtes pensantes de Hadvi Hen Khepura (cf. ‘Le suaire de Badra’ roman dans lequel les actions et méthodes de « L’Ordre cosmique du Sentier sans retour » se rapprochent plus qu’étrangement de celles de Hadvi Hen Khepura) mais aussi et surtout d’en être le principal bailleur de fonds. Et même si le romancier fut finalement blanchi de tout soupçon au terme d’un procès-fleuve qui restera dans les annales judiciaires mercépoliennes pour ses innombrables reports d’audiences, récusations et autres vices de procédure, la réputation déjà sulfureuse de l’auteur n’en fut que confortée et celui-ci garde de nombreux détracteurs qui n’hésitent pas à relancer sporadiquement insinuations et rumeurs quant à ses affinités intellectuelles pour l’organisation.

21:42 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Finance

Cours croisés dollar/euro/livre sterling/couronne mercépolienne (12/08/05):
 
 

Devise
Dern. Cours

EUR
N/A

USD
12h55

GBP
12h55

MC
12h55

EUR

1

1,2468

0,6867

1,5535

USD

0,8021

1

0,5508

1,246

GBP

1,4562

1,8156

1

2,2623

MC

0,6437

0,8026

0,442

1



 
 






13:27 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Finances

La Banque Centrale de Mercépolis acquiert trente tonnes d’or auprès de la Banque Centrale de Belgique. La transaction permet de consolider longuement la valeur de la monnaie nationale (la couronne mercépolienne) qui pour certains est un refuge plus sûr que le dollar & l’euro victimes des politiques hasardeuses ou des individualismes des membres de ces économies fédérales.
 
 
La news vue de Belgique

10:14 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/08/2005

Vie culturelle

Peut-on parler d’un son ‘ang tongien’ ? C’est en tous cas l’opinion d’Elie Von Stock, éditorialiste au magazine Purple Grooves (excusez du peu !)

« Ce qui se passe à Ang Tong aujourd’hui avec la musique électro-symphonique dramatique (DES-music) ressemble étrangement à ce qui s’est passé à Cabrai au début des années 90 avec le mouvement grunge. ». Von Stock compare à cet égard l’album ‘daily onanist temptation’ de dOt au 'Smell like white spirit' des Sons of the Maniac… l’éditorialiste insiste sur les aspects « fondateurs et emblématiques » des deux opus. Mais la comparaison s’arrête là…

 

dOt est né en 2003 de la rencontre entre le claviériste Napoléon ‘Cannibale’ Stucka, le paysagiste sonore Chalompot Smithee et le violoniste Ravi Van Vliet, premier prix du conservatoire de Mercepolis. Bien vite, le trio se placa en tête des charts avec leur hit planétaire ‘How lucky I am (to be a Mercepolis city farmer)’… Mais il leur manquait encore une muse, une passionaria, une voix… Ils la trouvèrent en la personne de Nina Spinoza. « Le choix de Nina s’est imposée de manière totalement synchrone dans nos trois esprits, c’était elle, ça n’aurait pu être personne d’autre » devait déclarer Van Vliet. Malgré l’alchimie du groupe, l’enrégistrement du second album ‘dare other things’ s’avéra être un accouchement dans la douleur : incendie du studio, décès du producteur Hug Takana mais aussi arrestation de Napoléon Stucka suite à une sombre affaire de fraude fiscale…

 

Après moultes péripéties (Napoléon Stucka trouva la voix de la rédemption en devenant ‘born again voltarian’), l’album vit le jour en janvier 2005. Après avoir mis le feu aux scènes mercepoliennes, dOt s’apprête à entamer une tournée européenne. Les dates de cette tournée sous haute tension seront communiquées dans les prochains jours.


Voici pour les afficionado le mp3 de Aureus

18:11 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Medias

Chronique média de Tam Speranza dans Beauty Case, le journal de la femme mobile.

 

J’aime, comme beaucoup, regarder Hackers le feuilleton phare de Télé 7. La production est minimaliste, le scenario toujours bâti selon le même canevas. Mais c’est bien cette approche simple qui assure la crédibilité de la série. Deux hommes jeunes dialoguent dans une pièce, une cabine téléphonique isolée, dans une station de métro, un égout ou autre souterrain, un huis clos en tous cas.

 

Cela me plaît car l’espace confiné, limité, borné est l’élément fondateur de la relation à l’espace qu’entretiennent la majorité des habitants de Mercépolis. Enfermés dans leurs appartements, leurs voitures, ils en viennent lentement à oublier que pour voir l’horizon il faut sortir de Mercépolis, dans ses rues ont vit dans des tranchées, dans ses bâtiments dans des cellules.

 

Les 24 premiers épisodes ont permis à une audience grandissante de comprendre que IFY (est-ce hifi ou I f**k you ???) & Xo7 (leur noms de hacker, il semble que IFY s’appelle en fait Paul, Xo7 reste mystérieusement anonyme) tentent par étapes successives de faire le coup du siècle. Ils œuvrent en forçant les ordinateurs de grosses sociétés étrangères ou des concurrents du holding High Trade Consortium Quint & Qarvig propriétaire de Télé 7. Leur cible réelle et finale semble être une grosse institution mercépolienne...

 

Un épisode a retenu mon attention car je me questionne sur le fondement philosophique et les orientations spirituelles des scénaristes et de la production. Dans celui-ci les deux héros s’affairent autour d’un laptop. Ils le branchent sur un objet sphérique et luminescent. La lumière qui en émane bat une pulsation régulière. Puis est zébrée par éclairs d’arcs électriques bleus.

 

IFY : T’a une sale gueule aujourd’hui.

Xo7 : J’ai mal aux yeux, mais ça ira.

IFY : Qu’est-ce t’as fait ?

Xo7 : J’ai passé la nuit passé chez un Voltarien.

IFY : Ok t’as bouffé du photon.

 

Je me suis demandée à ce moment si il s’agissait d’une blague, Hackers allait mettre les pieds dans la secte dont toute la ville parle et nous révéler quelques secrets. Mon cœur palpitait. La scène suivante est un des classiques flash-backs hors huis-clos mais qui se trouve lui-même être un huis-clos.

 

Lumière de lever du jour. Xo7 frappe une porte. Quelques instants. La porte s’ouvre et laisse jaillir une lumière aveuglante. En contrejour la silhouette d’un homme se découpe dans l’embrasure.

 

Xo7 plissant les yeux : Y’a de la lumière chez toi.

Voltarien : Entre. (Il tend une paire de lunettes fumées)

 

Puis les deux hommes devisent quelques instants assis dans un salon dont les murs sont couverts de néons ultra puissants. On devine cela car la scène nous est rendue grâce à une caméra subjective figurant le Voltarien fixant Xo7 assis dans un divan noyé dans une lumière éblouissante (j’ai crû que mon écran allait brûler !)

 

Voltarien : Moi je suis un gars qui croit que plus l’homme est éclairé plus il est libre, mais t’inquiète je suis cool. J’ai ce qu’il te faut pour ton boulot. Et il tend la sphère que manipulent IFY & Xo7.

 

Retour par gros plan sur la sphère à IFY & Xo7 et leur laptop.

 

Xo7 : C’est pas des UV qu’il utilise.

IFY : Ouais, fais gaffe vieux, faut pas merder le coup

Xo7 : T’inquiète on va se le faire

 

Much ado about nothing ! Il semble que Hacker ait voulu faire un coup mais c’est un peu leur spécialité.



15:42 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Economie

Mercepolis détient le record du monde de dépenses publicitaires par habitant avec un montant de 570 dollars par habitant et par an (555 $ pour le challenger américain). Une récente étude de MSI indique qu’un mercépolien est confronté à 3700 messages publicitaires par an et reçoit 620 imprimés sur cette même période. Il n’est guère surprenant dans ce contexte que Tatiana N’Toman fasse partie des plus grandes fortunes de la ville.

12:06 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2005

Vie culturelle

Storm LaFayette et  Bong Karajan… plus vivants que jamais!

 

 

Malgré les nombreuses rumeurs de split colportées par certains tabloïds, Bang Lassi se porte bien, merci! Le groupe-phare de la scène pop-rock mercépolienne a tenu à le faire savoir lors d'une houleuse conférence de presse tenue au Club Savannah (District de Sheerton), conférence qui s'est achevée par une gigantesque bataille de tartes à la crème dont les journalistes ont fait les frais.

 

A cette occasion, Bong Karajan, le claviériste et compositeur du groupe, a annoncé qu'il interrompait provisoirement ses recherches électro-acoustiques et harmoniques (il a notamment breveté une gamme) pour s'embarquer avec Bang Lassi dans une tournée mondiale.

 

Le chanteur Storm LaFayette, plus en forme que jamais, en a profité quant à lui pour démentir les rumeurs lancées l'hiver dernier par le DJ Vance Helmet et selon lesquelles il aurait trouvé la mort en 2003 dans un accident de parachute et aurait été remplacé par un sosie. "En tout cas, si je suis mort, ça ne me dérange pas, a-t-il déclaré à un parterre de journalistes et de fans plutôt amusés."… Et d'ajouter, en lançant une oeillade entendue à sa compagne du moment, la top-model Shirella Madigan, "Le plus important se porte bien, si ça peut vous rassurer!".

 

La légende veut que Bong Karajan et Storm LaFayette se soient rencontrés en 1996 sur le tournage d'un film érotique dans lequel LaFayette tenait un second rôle tandis que Karajan en produisait la bande-son. Immédiatement, les deux hommes s'associent au sein d'un éphémère quatuor garage-punk baptisé "Postcoïtum", en compagnie également de Tricky Pipeline, un ancien mercenaire reconverti dans les percussions et Mayo Beausoleil, guitariste et mandoliniste malheureusement un peu porté sur les stupéfiants.

 

Le reste fait partie de l'Histoire: un soir, lors d'un concert au Vulture Club de Pachacoma, profitant de ce que Mayo Beausoleil s'absente backstage pour uriner, un inconnu monte sur scène et s'empare de la guitare. Cette guitare, le mystérieux Mars Monteverdi ne la lâchera plus, au grand dam de Beausoleil qui est immédiatement congédié et décédera quelques semaines plus tard noyé dans son jacuzzi. Monteverdi imposera très vite un son inimitable qui deviendra la marque de fabrique du groupe, tout autant que l'insondable mystère dont s'entourera désormais sa personne (aucun membre du groupe n'a jamais entendu le son de sa voix…). Le line-up devait se compléter par l'arrivée, à l'hiver 1997, du bassiste et violoncelliste Stringo Jetset, par ailleurs professeur de littérature médiévale à l'Université Mercepolia IV et grand collectionneur de dragsters devant l'éternel.

 

A partir de ce moment, tout va s'enchaîner: Postcoïtum devient Bang Lassi après que Bong Karajan ait eu une vision sous heptazine, puis le groupe rencontre son mentor en la personne du manager Saul Permafrost, qui les signe sur son label Dandelion et les fait graver le double album Highway Mercepolitana Revisited, puis l'incontournable Any Question? qui se vendra à près de 2 millions d'exemplaires. Au printemps 1998, on peut d'ores et déjà parler de Lassimania.

Aujourd'hui, près de dix ans après, le duo La Fayette/ Karajan fait encore partie de ces paires légendaires et sulfureuses qui ont toujours alimenté la légende du rock. Longue vie à Bang Lassi, et bon vent sur les routes du globe!

 

(Void Stardom, Shake!, numéro d'août 2005)




Et pour les fans impatients, le mp3 de friendly faces


19:42 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Environnement

Le Mercepolis Post annonce dans son édition de jour une évolution soudaine, préoccupante et d'origine inconnue des taux de Mercure (hg) et de Cadmium (cd) dans l'eau du robinet de notre cité. Une enquête est ouverte.
 
Les citoyens présentant des maux de tête, problèmes reinaux ou réactions allergiques inhabituelles sont invités à consulter leur médecin au plus vite.

Le hasard veut que dans cette même édition,
Mahmood O'sullivan annonce la publication de son rapport sur la gestion des déchets pour la fin du mois d'août.




10:02 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/08/2005

Vie publique

Je recopie telle qu’elle une dépêche de la MPA (Mercepolis Press Agency)

 

 

"Nomination contestée à la tête de la Police Mercépolienne"

 

"L'administration du Maire Yan Li vient d'annoncer officiellement la nomination de Hopper W. Nilfisk à la tête des forces de police de la ville. Cette nomination intervient dans le cadre d'une restructuration globale des services en vue de répondre au mieux à la hausse spectaculaire des statistiques de criminalité au cours de ces trois dernières années.

 

Nilfisk est loin d'être inconnu des Mercepoliens. Ses vingt années passées à la tête de la Task Force Anti-Terroriste ainsi qu'au sein du Moral Enforcement Committee lui ont valu le surnom – parfois ironique - de Mr. Clean. On se souvient notamment de l'opération de grande envergure qu'il avait lancée à la fin des années 90 pour démanteler les casinos de la zone franche d'Onia (d'aucuns à l'époque avaient prétendu que ce démantèlement n'était en fait qu'une prise de contrôle déguisée…) ainsi que du scandale des écoutes téléphoniques lors de l'affaire Wade Shakkelbaum vs City of Mercepolis, au cours duquel son nom avait été cité à maintes reprises, sans toutefois donner lieu à la moindre inculpation.

 

Présenté par les partisans de la New Virtue League comme " l'homme providentiel capable de ramener la Cité aux valeurs morales qui ont présidé à sa fondation" , Nilfisk a d'ores et déjà annoncé la couleur lors de son discours d'investiture prononcé hier soir à l'Académie de Police de Valderama. " Mes priorités seront la défense des valeurs éthiques et l'éradication pure et simple du terrorisme, a-t-il déclaré devant un parterre d'édiles et d'officiers fraîchement promus . Il est bien clair que, loin de céder à la terreur, nous répondrons coup pour coup aux attaques de ceux qui tentent sournoisement de déstabiliser notre Cité". Cette dernière déclaration s'adressant bien évidemment aux Underground Green dont les agissements se sont intensifiés au cours des dernières semaines. "En avant, les petits gars, je compte sur vous!" a-t-il enfin lancé aux nouveaux dîplomés de l'Académie, avant de quitter l'estrade sous un tonnerre d'applaudissements.

 

Les associations de défense des Droits Civiques, s'exprimant au travers de leur porte-parole Tom Schneidermann, se sont quant à elle déclaré "extrêmement préoccupées par la dérive sécuritaire que représente cette nomination", évoquant également le passé trouble de Nilfisk et sa possible implication dans diverses affaires de collusion."

 




14:20 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Mystère

C’est en août 1994 que Stuart M. Sukhumvit, le père d’Hubert Sukhumvit, disparut sans laisser de traces. Il réapparut quelques semaines plus tard nanti d’une amnésie partielle (feinte selon certains) et de quelques phalanges en moins.
 
Malgré l’importance inédite des colossaux moyens policiers mis en œuvre mais face au mutisme du Tycoon Mercepolien, l’enquête sur cette mystérieuse disparition ne donna rien.

Stuart Sukhumvit a depuis abandonné les rênes de son groupe à son fils unique, vit reclus dans son manoir de Plastic Palissades (photo) dans le très chic district de Sheerton et refuse par famille et avocats interposés toute confrontation avec la presse. Aucune photo de lui n’a pu être prise ces 11 dernières années et Sukhimvit père est considéré comme le ‘Graal des paparazzis’.

 
Quelques paranoiaques vont même jusqu’à prétendre qu’il est mort depuis bien longtemps.

12:38 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2005

Medias

C'est officiel : KYM2 diffusera bien « Celebrity Minefield » à partir du 15 septembre!

 

Après plusieurs mois de bataille juridique opposant le groupe SuckoTel – producteur de l'émission – et le M.B.A.E. (Mercepolian Board of Audiovisual Ethics), la Cour Suprême a tranché : le concept de « Celebrity Minefield » ne « contrevient aucune disposition légale et ne peut dès lors faire l'objet d'aucune interdiction, de quelque autorité qu'elle puisse émaner ».

Les adversaires de l'émission arguaient de ce que la conception du jeu impliquait inévitablement la mort violente de la majorité des candidats, ce qui assimilait « Celebrity Minefield » à un « meurtre collectif pur et simple », pour reprendre les propos de l'un des Sages du M.B.A.E. (qui a cependant tenu à garder l'anonymat). La Cour Suprême a pour sa part estimé que le risque létal encouru par les participants ne posait aucun problème éthique, dans la mesure où les règles du jeu étaient acceptées par tous dès le départ et dans le cadre juridique dessiné par le Shakkelbaum Act.

 

« De toute manière, c'est au public de choisir, il sait mieux que quiconque ce qui est bon pour lui », a commenté Lance Di Martell, l'avocat-vedette de SuckoTel, à la sortie de l'audience. « Il faut arrêter de prendre les téléspectateurs pour des crétins, a-t-il ajouté, et plus de 85 % d'entre eux ont plébiscité le maintien du show dans la grille de programmation ». Le très médiatique avocat en a profité pour confirmer qu'il rempilait quant à lui pour une nouvelle saison de « Serial Killer Next Door », le talk-show qu'il anime sur KYM1 pour la septième année consécutive.

 

Le principe de « Celebrity Minefields » est très simple : quinze personnalités médiatiques se sont portées volontaires pour consacrer six semaines à l'assainissement d'une zone non déminée de la périphérie Est. Au début du jeu, les participants ne disposent que de pelles et de sacs de sable, mais par la suite, en fonction de leurs performances sur le terrain, ils peuvent se voir attribuer de nouveaux handicaps ou, au contraire, un outillage plus perfectionné. L'émission, on s'en doute, comporte un certain risque, mais elle constitue également un tremplin inespéré pour une célébrité en perte de vitesse.

 

La production n'a pas encore officiellement rendu publique la liste des participants, mais quelques noms ont d'ores et déjà été prononcés. Parmi eux, on parle de Tracy Van Doren, ex présentatrice-météo sur KYM5, du pilote de course Arturo Sandoval (peu présent sur les paddocks ces vingt dernières années, il faut bien le reconnaître…) et du jet-setteur Vittorio Pimperelli.


17:57 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Hymne national

Initiative originale et surprenante de la part de Yan Li, maire de Mercepolis. Il a décidé d’initier la ré-orchestration de notre hymne national, l’estimant « peu en phase avec la modernité ». Un appel est donc lancé aux compositeurs du monde entier pour proposer une mise en musique contemporaine des paroles écrites en leur temps par Osamu Rahimic :

 

O, proud and mighty city in the sun
Where our people toiled since time begun
Great is the love we have for thee
For on thy shores we were born free

Glory to thee, motherland of mine
May for ever thy greatness shine
upon the banks of the Rorowaiaru
upon our hearts faithful and true

Firmly united we sing in praise
thy force, thy splendor and thy grace
Ever we seek to honour thy name,
Ours is the labour, thine is the fame.

Our beloved queen of the waterside
Stronger with every surging tide
May thy mercy descend on us all
And crush the hand eager to make you fall

 

 

Les compositions (une reprise a cappela des paroles est également admise) doivent être envoyées avant la fin du mois d’août au secrétariat central de Mercepolis city state (mercepolis@gmail.com). Le nouvel hymne sera présenté pour la première fois en public à l’occasion de la fête nationale du 10 septembre.





09:55 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |