05/09/2005

Fait divers

Succès total pour l'opération "Close Range",
 
Il n'aura pas fallu plus d'une semaine aux équipes de la Metropolitan Drugs Enforcement Agency (M.D.E.A.) pour mettre sur pied cette opération anti-drogues d'une envergure sans précédent. En effet, ce sont pas moins de 500 agents de la M.D.E.A. et des forces de police qui ont procédé, ce lundi matin, au ratissage systématique et approfondi des docks de St Amédéo et de South Blend Junction, dans la zone portuaire de Saraiva.
Au total, 12 tonnes de stupéfiants d'origine diverse ont été saisi, principalement sur des cargos en transit et dans les entrepôts désaffectés du sous-district ouest. Le détail du butin n'est pas moins impressionnant: l'inventaire provisoire dressé par la M.D.E.A. fait notamment état d'une seule saisie de 600.000 comprimés de lophophorine-base et de 450 flacons de pentachlorate d'heptazine sur un navire de fret battant pavillon panaméen.
Le chef de la police, Hopper W. Nilfisk, a tenu à s'adresser personnellement à la presse pour révéler les détails de cette opération, préparée dans le plus grand secret, et dont il n'a pas manqué de souligner le déroulement sans faille.
"A l'approche des festivités du 10 septembre, a-t-il déclaré, nos opérations avaient été axées en priorité sur la prévention d'actions terroristes. Cependant, par l'opération de ce matin, le Maire et moi-même avons souhaité adresser un message fort à nos concitoyens: qu'ils dorment tranquille, car nous ferons tout pour garantir la sécurité dans nos rues! Nous devons protéger nos enfants du fléau de la drogue. C'est notre mission, et nous nous y attacherons, quoi qu'il nous en coûte ". Hasard troublant ou mise en évidence d'un véritable fléau de notre temps: cette prise-record intervient précisément au moment où la lophophorine (appelée également "Miss Piel") se retrouve au centre de l'actualité avec le décès récent de l'actrice Beatrix Adomaitis et l'hospitalisation du violoniste Ravi Van Vliet.
 
Le militant des Droits Civiques Tom Schneidermann a pour sa part exprimé son scepticisme par rapport à la politique sécuritaire menée par Nilfisk." Je ne crois pas que cette saisie changera quoi que ce soit au véritable problème, a-t-il commenté. Peut-être y aura-t-il moins d'overdose dans les belles villas de Sheerton, et ça permettra à certains de se réjouir face aux caméras. Mais dans des quartiers ethniques comme Andeo Todo ou Slavia, la drogue est plus présente que jamais". Et d'ajouter: "On se demande d'ailleurs ce qu'il advient des stocks saisis par la police... En général, les grandes saisies coïncident avec une recrudescence de la consommation dans les ghettos. Et ça, comme par hasard, Mr. Nilfisk préfère ne pas en parler".
Hopper Nilfisk n'a pas souhaité réagir à ces insinuations.

17:44 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Magouille, magouille, magouille! Tous pourris!

Écrit par : Thorne Dumbarton | 09/09/2005

Les commentaires sont fermés.