15/05/2006

Meurtre au caviar

Lu ce jour dans The Sensation, le plus gros tirage de la ville.

Meurtre au caviar?

Voilà bien où la déchéance morale et le stupre mènent les pêcheurs : en enfer ! C’est là que Lombardo Negazio dit « Limbo »  - pour ses compétences à pratiquer la danse du même nom - doit tenter de trouver une explication à ce qui a bien pu lui arriver. La police a en effet retrouvé le corps nu du trinidadien  dans la chambre Louis XV de sa propriété sise sur la Strada Perla. C’est dans l’un des palais feutrés bordant la célébrissime route circulaire du district de Saraiva que le playboy a été retrouvé sans vie. Les premiers éléments de l’enquête laissent à penser que la mort du jeune homme de 27 ans n’est pas le fruit du hasard.

 

Selon nos informateurs le cadavre gisait sur un lit maculé de plus de deux kilos de caviar (soit une valeur de 8000 couronnes !) et de traces de divers liquides séminaux. En outre diverses drogues étaient disposées sur pas moins de sept grands miroirs dans les pièces de la demeure.  Ce devait être une excellente soirée que cette nuit de printemps qui voyait s’ébattre une multitude de débauchés, aussi dépravés que riches et qui aura donc tourné au drame. La victime semble avoir été étranglée par l’un de ses amants. Jeu érotique malheureux, acte prémédité, jalousie meurtrière au cœur de la débauche ?

 

Gageons que la police aura tôt fait de retrouver les convives ayant partagé les derniers moments de Limbo et qu’elle saura trouver les moyens de faire éclater vérité et justice.

 

 

 

22:10 Écrit par EPG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Off the record Des traces de 'Miss Piel' auraient été découvertes

Écrit par : Cassandra de Meursault | 16/05/2006

Quel torchon... La presse mercépolienne est au plus mal...
Prose tendancieuse, poujadisme, appel à l'intolérance, recul moral et photos racoleuses... Le "Sensation" ne recule devant rien pour vendre sa merde!!!!

Écrit par : Tetsuo Tegucigalpa | 16/05/2006

Oui mais Ca se vend... ça correspond donc à un besoin. et je trouve ça toujours moins dangereux que les livres de Jérôme Konerak.

Écrit par : Harpo de Souza | 16/05/2006

Les commentaires sont fermés.