17/08/2006

Vie culturelle

Le sacre du plein temps avait donné le ton. L'été Mercépolien aura été celui de la danse dans ce qu'elle a de plus novateur et de plus interpellant.

C'est "La non-réalisation du mouvement qui tend vers son propre accomplissement et vers une forme de ngation de ce qu'il est supposé être dans cette quête asymptotique!" qu'a voulu exprimer l'audacieux et trop rare Manuel Esteban Dugashvili dans l'âpre et remarquable Asymptotes qui faute de réunir un large public enthousiasme les plumes les plus acides de la critique artistique Mercépolienne.

Extrait (sur une musique de Smeg Stiffmeister):

19:54 Écrit par EPG dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est un fumiste! Ce spectacle était une véritable honte!
De qui se moque-t-on!!!!!!

Écrit par : Lothar Komboloï | 21/08/2006

me trompes-je ou????

Écrit par : angy | 17/11/2006

Les commentaires sont fermés.